Terrorisée

Prise au piège entre le quai et la rame

Un mec insiste, avec lourdeur et laideur, pendant que tu résistes

Avec tout ton poids, tes mots, ton âme

Tu te sens seule au milieu de la foule, et pourtant tu existes

 

Tu as envie de fuir, de hurler, de le gifler

Et pourtant tu restes là, à l’écouter, figée par ses grandes mains glacées

Ta peur prend le dessus, te cisaille

Perfide et froide, elle te tient par les entrailles

 

Vide, remplie de froid et d’espace

Tu te sens éteinte et lasse

A l’affût d’une solution, d’une issue

Ton regard est plein d’angoisses

 

Et soudain, deux anges viennent te secourir

Te sauver et redonner le sourire

Tu t’accroches peu à peu à leurs voix

Du cauchemar à la vie, il n’y a qu’un pas

 

Kristell L.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s